course d'endurance cheval

Dans les déserts chauds et humides de l’Inde, entourés par le flux et le reflux des foules et les épices parfumées des marchés, on peut rencontrer la curiosité d’un cheval aux oreilles froides. On les appelle les Marwari, ce qui signifie « du pays de la mort », et tout comme les déserts arides du Marwar, ils sont forts, résistants et endurants. Ils sont connus aujourd’hui comme la fierté de l’Inde, car dans le poitrail d’un Marwari bat le cœur d’un guerrier dont la loyauté est devenue légendaire. Considéré comme le cheval national de l’Inde, le Marwari est aujourd’hui honoré et vénéré, tout comme le puissant éléphant. Les clans rajpoutes, descendants de guerriers, ont maintenu la race en vie tout au long de sa longue existence, mais l’histoire du Mawari est faite de guerre, de conquête et même de grande misère.

Selon les anciennes écritures védiques, le Marwari, comme tous les chevaux, est issu du roi cheval à sept têtes Uchairasharava, né des eaux primordiales du barattage. Tous les chevaux sont nés de cette magnifique divinité. Le manipur pony spiti, le zanskari, et le cousin éloigné du Marwari : le Kathiawari. Mais contrairement à ses frères, le Marwari était autrefois aussi exalté et admiré que le roi des chevaux mythologiques. Dans sa jeunesse, le Marwari était considéré comme supérieur à la royauté.
Mais la véritable origine du Marwari, comme on dit, s’est perdue dans la nuit des temps. De nombreuses théories ont été proposées, allant des Arabes ayant survécu de justesse au naufrage d’un navire et remontant des côtes de l’Inde, à une lointaine lignée de poneys mongols ou même de Quagga, aujourd’hui disparus. Des études récentes suggèrent cependant que le Marwari n’a aucun lien avec les chevaux arabes et qu’il est entièrement une race originaire de l’Inde. Mais la plupart des gens reconnaissent que l’histoire du Marwari commence avec les Rathores du clan Rajput. Les Rathores étaient un clan de guerriers féroces qui vivaient à Kanaju.
Après une bataille brutale et épique, ils ont été chassés de leurs foyers et se sont réfugiés dans les déserts des plaines arides du Marwar, « le pays de la mort ».

 Dans ces conditions rudes et impitoyables, leurs chevaux se sont adaptés, capables de survivre avec de maigres tasses d’eau, peu de nourriture et en résistant à la chaleur et au froid pendant des jours et des jours. Leurs montures ont survécu et les rathores aussi. Les Rathores ont repris des forces dans ces terres arides et, à cette époque, au 12e siècle, ils ont lancé un programme d’élevage strict pour leurs chevaux et une grande partie de ce qu’ils recherchaient a été conservée dans la race aujourd’hui. Ils sont élevés pour être forts, mais minces, avec une épaule droite permettant au cheval de sortir ses sabots du sable.
Bien qu’ils ne soient pas aussi rapides que les pur-sang de course, leur endurance est excellente et ils sont bien adaptés à leur habitat dans le désert. Leur pelage est soyeux et doux, ce qui les aide à supporter la chaleur intense du désert, et ils semblent avoir un excellent sens de l’orientation. Si vous vous perdez, faites confiance à votre monture pour vous ramener chez vous.

Les oreilles du Marwari peuvent tourner à 180 degrés, une caractéristique unique de la race, et malgré ses oreilles en forme de lyre, ou plus probablement à cause d’elles, le cheval a une ouïe très fine. Cette caractéristique est également la première à disparaître lors des croisements.
Ainsi, les oreilles du Marwari sont un véritable symbole de sa pureté. Une grande partie de l’ancien folklore a été transmise aux éleveurs d’aujourd’hui. Un cheval noir, par exemple, est considéré comme malchanceux car il représente la mort, mais une flamme et quatre chaussettes sont considérées comme très chanceuses, et un gris est un favori, mais le blanc pur n’est pas considéré comme un vrai Marwari et est plutôt appelé Nukra et constitue une race unique en soi. La position des verticilles est également très importante. Une verticille sur le cou est appelée devman et porte bonheur, tandis qu’une verticille sous l’œil est appelée anushdal et n’est pas favorable au cavalier.

Pendant longtemps, seuls les membres de la famille royale et les guerriers Rajput étaient autorisés à posséder et à monter ces chevaux. Leur beauté, leur endurance et leur sens de l’orientation étaient des qualités précieuses pour voyager dans les déserts brûlants. Et leur courage au combat était certainement inégalé. À un moment donné, ils avaient élevé et mis en campagne une force de plus de 50 000 hommes et chevaux pour l’empire mongol. Au combat, les chevaux n’avaient pas d’égal.
Ils étaient courageux, résistants et ne faiblissaient jamais. Les Rajputs se vantent d’avoir vu des chevaux charger des éléphants, sauter des murs et se dresser sur leurs pattes arrières pour protéger leurs cavaliers tombés au combat. Les légendes disent qu’un Marwari n’arrêtait de se battre que pour trois raisons : Si son cavalier le détournait du champ de bataille Si son cavalier était blessé et qu’il devait être transporté en lieu sûr ou si le cheval périssait, et de nombreuses histoires viennent étayer ces propos. Chetak, la célèbre monture bleue de Rana Pratap, a un jour chargé un éléphant au combat. Se dressant sur ses pattes arrière, il offrait à son cavalier un bon tir sur son ennemi.
Mais les défenses de l’éléphant, aiguisées à l’extrême et munies d’une pointe, avaient déchiré la jambe du cheval.

Mais Chetak a refusé de bouger. Ce n’est que lorsque son cavalier l’a éloigné que le cheval a obéi. Il boitille jusqu’à un ruisseau de six pieds de large et saute par-dessus pour donner à son cavalier une chance de s’échapper en toute sécurité. Il est mort dans les bras de Rana Pratap, mais la bravoure de Chetak a permis à son roi de survivre et de continuer à protéger son peuple.
Une statue a été érigée à udapir et haldagathi en l’honneur du cheval décédé et de sa bravoure. Une autre histoire raconte que Bahadur, après avoir tué Slabat khan au fort rouge d’Arga, Aramr Singh s’est échappé sur son excellent cheval Bahadur. Entouré par l’ennemi et sans issue, le cheval courut jusqu’au sommet des créneaux et sauta du haut du mur du fort. Bahadur ne survivra pas à sa chute mais il laissera les hommes du fort si désemparés que son maître pourra s’échapper. Un petit sanctuaire a été érigé à la mémoire de ce brave cheval.
Mais ces quelques noms ne sont pas les seuls à rester dans les mémoires Arbudh était un célèbre cheval de guerre de Veer Durga Das Jii, un brillant guerrier et tacticien.

Jheetda a transporté son cavalier sur des centaines de kilomètres pour lui sauver la vie et d’autres noms à retenir sont Kesar Kalmi, Hana, Udal et Ankara, qui servent tous leurs maîtres dans leurs guerres avec une bravoure inégalée. Les chevaux qui chargent les éléphants, qui sautent les remparts et qui restent sur le terrain pour protéger leurs cavaliers sont des histoires et des légendes qui se sont perpétuées pendant de nombreuses années, mais il y a un point plus important à cela. Comme le dit Jai Singh : « L’histoire de l’Inde serait différente si les souverains de Marwar n’avaient pas créé et célébré ce magnifique cheval. » Et il est facile de croire que sans la bravoure, la ténacité et l’endurance des Marwari, l’Inde aurait pu être un endroit bien différent aujourd’hui.

Leur bravoure a souvent permis de sauver des personnages clés et des batailles. Si ces hommes avaient péri, l’Inde aurait pu prendre un chemin bien différent. Au-delà de leur bravoure et de leur courage, les Marwari sont magnifiques et de nombreux propriétaires, à l’époque et aujourd’hui, apprécient leur trot facile, leur démarche encadrée et leur nature douce.

Et certains chevaux peuvent même porter la souche de Natchni. Ce qui signifie simplement « né pour danser ». Une performance brillante du cheval et de son maître, le Natchni donne au Marwari la capacité de danser principalement pour les foules.
Bien que beaucoup pensent que la véritable souche s’est presque totalement éteinte de la race, certains parviennent encore à se produire pleinement, nous donnant un aperçu des excellents artistes qu’ils étaient autrefois. Pendant de nombreuses années, les rajas, princes constitués de partisans de l’empire britannique, ont été très fiers de posséder et d’améliorer la race. Ils étaient les seuls autorisés à élever et à conserver ces beautés aux oreilles en forme de lyre. Car même le statut d’un prince était bien inférieur à celui du cheval, qui était considéré comme supérieur à la royauté. Même si les Britanniques et leur arrogance n’avaient ni le temps ni le souci du mawari et insistaient pour utiliser leurs beaux pur-sang.
Cela a notamment amorcé une lente descente de la race et comme de plus en plus de pur-sang étaient utilisés en Inde, le mawari a été délégué à de moins en moins de batailles.

La dernière bataille pour le Marwari sera en 1917 sous le général Albany. Mais cette bravoure et cette force ne seront pas à la hauteur d’un mouvement social soudain en faveur de l’indépendance de l’Inde. Dans les années 1900, le peuple indien a commencé à pousser pour l’indépendance de la domination britannique. Pour ce faire, les princes ont dû renoncer à leurs droits royaux.
Ils ont ainsi cessé de soutenir les Britanniques et ont pu constituer un front uni pour l’indépendance. Tout ceci est orchestré sous la direction de « l’homme de fer » Patel qui encourage tous les princes à renoncer à leurs titres. La plupart d’entre eux ont accepté. Peu de temps après, une réforme agraire est annoncée et, comme aucun des ex-princes n’a plus aucun droit sur ses terres, la plupart d’entre elles sont saisies. Les écuries remplies de chevaux n’ont donc nulle part où aller et les princes n’ont d’autre choix que de s’en occuper.
Des milliers de chevaux ont été abattus afin d’en réduire le nombre et d’empêcher les classes inférieures de s’en procurer.

Mais beaucoup d’autres étaient encore donnés aux classes inférieures qui avaient une réaction consternante au cheval. Cette personne considérait le Marwari comme un symbole de tyrannie incarnant une époque où ils étaient sous la coupe de princes autoproclamés, princes qui avaient autrefois levé des impôts sur eux. Pour abolir complètement l’héritage de cette époque en Inde, ils ont castré les étalons et ont fini par en abattre davantage. Ceux qui ont survécu ont été utilisés comme bêtes de somme.
En très peu de temps, le guerrier Marwari, autrefois royal et fier, est passé du statut de royauté bien-aimée à celui de cheval de trait détesté. Sans la connaissance de l’élevage et de la lignée, le Marwari a été croisé avec d’autres chevaux, perdant lentement sa lignée pure. Le cheval n’a cessé de décliner et de tomber et, pendant un temps, il a semblé que le monde entier était déterminé à éteindre le feu du Marwari. Mais en 1990, deux personnes originaires d’Inde, un homme nommé Raghuvendra « Bonnie » Singh Dundlod et une cavalière américaine nommée Francesca Kelly, ont créé l’indigenous horse society of India. Une fondation destinée à préserver la fierté de l’Inde.

Au fur et à mesure que le tourisme s’est développé et que les souvenirs de la princesse se sont estompés, la communauté a réalisé à quel point ces beautés aux oreilles frisées étaient curieuses et de plus en plus de personnes se sont battues pour que le Marwari reste bien vivant. Cela fait plus de 30 ans et les progrès sont lents, mais le sang du Marwari a été ravivé. Un autre homme qui a eu une influence sur la survie de la race est Son Altesse Maharaja Gaj Singh II. Son Altesse Maharaja Gaj Singh II. Après avoir annoncé son intérêt pour le rétablissement de la race, il s’est rendu au Thikana de Badgoan où certains des meilleurs Marwari étaient élevés.
Avant son départ, il devait choisir un poulain à ramener chez lui, tous issus de l’étalon Vangalia, très prisé du peuple. Les chevaux étaient alignés et prêts pour le Maharaja, mais sur le conseil de ses aides, il a renvoyé les poulains et a demandé à Thakur, un noble, d’amener l’étalon prisé.

Le Thakur était consterné, mais il a fait ce qu’on lui a dit. Quelques instants plus tard, Vangalia est entré dans la cour. Sa simple présence demandait de l’attention.
Brillant, beau, beau, grand et fier, il a été conduit autour de la cour, montrant ses mouvements habiles et sa parfaite confirmation. Et finalement amené devant son spectateur royal. Son Altesse a posé une main sur le museau du fier étalon et avec un sourire, il a dit : « Vangalia ne peut pas quitter Badgoan. Il a beaucoup donné à cette race et là où il est maintenant, il est parfaitement placé pour que les juments de tout le sud du Marwar en profitent » le Thakur a souri avec soulagement et le Maharaja a choisi un beau poulain du stock avant de partir. Aujourd’hui, il ne reste plus que cinq mille Marwari.
Ils sont utilisés pour le montage de tentes, les mariages et les célébrations de toutes sortes. Autrefois symbole du triste souvenir de la domination britannique, il représente désormais ce qu’il a toujours été : la ténacité et la beauté de l’Inde, incarnées par les oreilles recourbées d’un cheval.

cheval

7 Posts

endurance

7 Posts

Equipement

1 Posts

Les articles que vous pourriez aimer
Photos d'articles